Musique du début du 17e siècle italien – Lux de Profundis 

La Fenice, ensemble instrumental
Jean Tubéry, direction

Distribution:

NN. : soprano
Victor Vilca : basse

Ensemble La Fenice :

Jean Tubéry, Sarah Dubus cornets à bouquin & cornetti muti
Stéphanie Pfister, Sue-Ying Koang violons & alto
Keiko Gomi violoncelle
Mathieu Valfré orgue positif & clavecin
Etienne Galletier théorbe

Programme

Feria quinta – Jeudi-Saint, messe de la Sainte Cène du Seigneur
               Girolamo Frescobaldi      Toccata avanti la messa
               Francesco Severi              Miserere mei
               Orazio Tarditi                    Pange lingua

Feria sesta – Vendredi-Saint, pour la Passion du Seigneur

               Girolamo Frescobaldi                        Christe eleison
                                                                                Impropères – Hagios o Theos – Ego propter te
                                                                                flagellavi
             Maurizio Cazzati                                  In calvaria rupe
             Domenico Mazzocchi                         Piangete, occhi
                                                                              Angeli pacis, amare flete
            Giovanni-Pier-Luigi Palestrina        Crux fidelis
            Girolamo Frescobaldi                        Ricercar chromatico
            Luzzasco Luzzaschi                            Non sa che sia dolore
            Sisto Reina                                           De profundis clamavi
            Benedetto Ferrari                             Queste pungenti spini – lamento della Madonna

             

CLIQUEZ ICI POUR ACHETER VOTRE BILLET

Dimanche 5 avril 2020
Chapelle du collège Saint-Joseph 
15h

Lux de Profundis

« Une lumière venue des profondeur », le programme de ce concert propose de donner vie à des oeuvres intimes et fortes composées pour la semaine sainte.

Les compositeurs de ce début du 17ème italien explorent avec véhémence un nouveau langage musical, extrêmement contrasté et très coloré.

On a rarement l’occasion d’entendre F. Severini, O Tarditi, D. Mazzocchi, S. Reina et C. Monteverdi, des compositeurs qui sont pourtant de grands maîtres et qui ont connu un grand rayonnement.

Ils ont su dépeindre avec des accents inouïs a douleur du Christ et la contrition, sans manquer de flamboyance pour décrire la violence de certains passages.

Tel un tableau du Carravage, l’obscurité brutale de la trahison – Judas -, laisse aussi s’exprimer, par contraste, la force de l’amour et la tendresse.

C’est tout l’art de l‘Ensemble La Fenice, grand spécialiste de cette époque, de nous en dévoiler toutes les subtiles nuances.