Dialogue à Cinq Voix et Cinq Instruments de Michelangelo Falvetti 

Il Diluvio Universale

CLIQUEZ ICI POUR ACHETER VOTRE BILLET

Ensemble La Cappella Mediterranea

Mariana Flores, soprano Rad

Valerio Contaldo, ténorNoë

Matteo Bellotto, basse – Dio

Julie Roset, sopranoAcqua           

Caroline Weynants, sopranoNatura humana et aria       

nn, mezzo soprano Giustizia divina

Fabian Schofrin, contreténor  La Morte

Rodrigo Calveyra, flûte, cornet

Gustavo Gargiulo, cornet

Flavio Losco, violon I

Jorlen Vega Garcia, violon I

Anne Millischer, violon II

Sue-Ying Koang, violon II

Catherine Ellen Plattner La Gioia, violon II

Fabien Cherrier, sacqueboute

Jean-Noël Gamet, sacqueboute

Keyvan Chemirani, percussion

Margaux Blanchard, viole de gambe

Ronald Martin Alonso, viole de gambe

Andrea Fossa, violoncelle

Éric Mathot, contrebasse

Marie Bournisien, harpe

Quito Gato, theorbe et guitare

Giangiacomo Pinardi, archiluth et guitare

Ariel Rychter, orgue

Chœur de chambre de Namur 

Elke Janssens, Marine Lafdal-Franc, Estelle Lefort

Julie Calbete, Julie Vercauteren, Amélie Renglet

Josquin Gest, Elena Pozhidaeva, Jérôme Vavasseur

Pierre Derhet, Éric François, Thibaut Lenaerts, Maxime Melnik

Étienne Debaisieux, Philippe Favette, Sergio Ladu, Jean-Marie Marchal

Leonardo García Alarcón, direction

CLIQUEZ ICI POUR ACHETER VOTRE BILLET

Jeudi 30 Mai 2019
Eglise Sainte-Croix de Carouge
20h30

Dans la tradition de Carissimi et de Haendel, la musique de Falvetti (1642-1692), d’une grande originalité, est à la mesure de la Sicile, terre métissée, connue pour avoir mêlé les chants d’Orient et d’Occident. Il Diluvio universale, « dialogue à cinq voix et cinq instruments » fut joué à Messine en 1682, année au cours de laquelle Michelangelo Falvetti fut nommé maître de chapelle de la cathédrale.

L’histoire est tirée de l’un des épisodes les plus connus et tragiques de l’Ancien Testament : Dieu, las de la méchanceté et de la corruption de l’humanité, décida d’éliminer l’homme et, avec lui, toutes les formes de vie, faisant tomber la pluie sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits.

Il épargna uniquement Noé, sa famille et les animaux de chaque espèce, qu’il lui avait ordonné d’abriter dans l’Arche.

Ce sujet se prête parfaitement à un traitement dramatique et les deux auteurs y puisent leur inspiration d’une manière très efficace tout au long de la pièce.

Nicolò Maccavino
Musicologue à qui l’on doit la découverte de la partition.