L’Oiseau de Feu

.

Musiques et poèmes mystiques d’Orient & d’Occident

Samedi 27 Mai 2017
Eglise Sainte-Croix de Carouge
14h30

ACHETEZ VOS BILLETS MAINTENANT !.


Jonathan Dunford, viole de gambe
Iyad Haimour, oud, qanoun & ney
Gérard Kurkdjian, récitant et direction

L’Oiseau de feu

Le cœur, qui est la porte des voies mystiques orientales, est souvent symbolisé par l’Oiseau-Simorgh, Colombe ou Phoenix, embrasé par la passion divine. Il devient alors l’Oiseau de feu.

C’est l’atmosphère des maqams, modes de la musique arabe classique, que cette deuxième version de L’Oiseau de Feu a choisi d’explorer, pour donner corps à l’écrin musical délicat dans lequel se déploient les textes mystiques, souvent mystérieusement proches, venus d’Orient comme d’Occident.

Ces mystérieuses rencontres nous entraînent dans un contrepoint mystique et original, expression de la rencontre de ces riches traditions spirituelles.

Une première version de l’Oiseau de feu est parue, en 2013, sous le label Accords Croisés, distribué par Harmonia Mundi.

.


Originaire d’Arménie et passionné par les traditions orientales, Gérard Kurkdjian mène, depuis vingt-cinq ans, une carrière de musicien, de directeur artistique et de producteur.

Il a fondé et dirigé de nombreux festivals de musiques du monde, dont le festival des Musiques du monde d’Erevan en Arménie et le Festival des Musiques sacrées du monde de Fès au Maroc.

Auteur d’un magistral Grand livre des musiques sacrées du monde, paru en mai 2016 chez Albin Michel, Gérard Kurkdjian nous invite à un voyage haut en couleurs et en découvertes, dans le temps et dans l’espace, au cœur des musiques et chants sacrés du monde, du grégorien au gospel, en passant par les chants orthodoxes et les requiems, de la musique arabo-andalouse aux poèmes mystiques de la kabbale, de la psalmodie du Coran aux soufis du Pakistan, en passant par les derviches tourneurs et jusqu’aux chants bouddhiques du Tibet, de Chine et du Japon, en passant aussi par l’Inde du Nord et du Sud, sans oublier les traditions animistes.